octobre 3, 2022

Les 10 meilleures façons d’améliorer votre conduite sur piste

Vous avez décidé de participer à une journée de circuit ouvert ou à un événement d’autocross. Avant tout, félicitations ; néanmoins, êtes-vous préparé ?

Conduire sur un circuit fermé n’est certainement pas la même chose que de se frayer un chemin à travers le trafic sur les routes publiques, qui sont trop souvent bondées de fourgonnettes d’affaires, de personnes âgées et de ceux qui essaient de manger un burrito de petit-déjeuner tout en conduisant…. Tout en faisant défiler leur fil d’actualité.

10. Maintenir une posture correcte

Pour commencer, il est essentiel de maintenir une bonne posture. Assurez-vous que le siège du conducteur est correctement réglé. Vous ne voulez pas avoir l’air d’un voyou en vous penchant en arrière. Pour améliorer votre visibilité extérieure, rentrez bien votre arrière dans le baquet et assurez-vous que le dossier est raisonnablement vertical. Assurez-vous également que vous disposez d’une portée suffisante pour appuyer correctement sur l’embrayage en actionnant les pédales (le cas échéant).

9. Aiguilles de 9 heures et de 3 heures

De nombreux conducteurs pensent que vous devez garder vos sales pattes aux positions 10 et 2 heures. Cela peut convenir lorsque vous conduisez sur l’autoroute, mais si vous vous rendez sur un circuit de course, vous devrez ajuster la position de vos aiguilles. Il est préférable de les programmer entre 9 heures et 15 heures pour deux raisons. Premièrement, cela vous donne une plus grande amplitude de rotation, et deuxièmement, c’est bien équilibré. Lorsque vos mains sont à 10 et 2, le volant est lourd en haut, et lorsque vous actionnez la barre de façon décentrée, il aura tendance à aller plus loin à gauche ou à droite. Il est équilibré à 9 et 3.

8. Apprenez à transférer votre poids de vos talons vers vos orteils (si applicable)

Si votre voiture est équipée d’une boîte de vitesses manuelle, le rétrogradage talon et orteil est une capacité indispensable. Il est essentiel de rétrograder d’un rapport ou trois lorsque vous ralentissez avant d’entrer dans un virage, afin de pouvoir sortir du virage en trombe. Pour ce faire, freinez en ligne droite avec les orteils de votre pied droit, puis appuyez sur la pédale d’embrayage avec votre pied gauche. Tout en faisant tout cela, faites pivoter votre talon droit sur la pédale d’accélérateur afin d’augmenter suffisamment le régime moteur pour assurer une transition sans heurts lors du changement de vitesse et du relâchement de l’embrayage. Il y a beaucoup à apprendre, mais l’effort en vaut la peine.

7. Regardez devant vous… Loin devant

Il est crucial de regarder devant soi, beaucoup devant, quand on roule à grande vitesse. Dans la rue, regarder l’asphalte à quelques mètres devant le pare-chocs avant de votre voiture peut suffire, mais ce n’est pas suffisant pour une course. Vous devez regarder plus loin devant vous car vous roulez plus vite. Et plus vous regardez loin devant, plus vous serez préparé et plus votre conduite sera confortable. Vous devez utiliser votre vision périphérique et vos vitres latérales pour observer la piste à travers le virage que vous négociez. Gardez à l’esprit que la direction dans laquelle vous regardez est la direction dans laquelle le véhicule va rouler, alors évitez de fixer les spectateurs ou le mur de pneus.

6. Freiner en ligne droite en douceur

Vous devez normalement ralentir avant d’entrer dans un virage. Sans surprise, il y a une bonne et une mauvaise façon de décélérer. La mauvaise méthode consiste à appuyer sur les freins au dernier moment, en forçant l’avant de la voiture à tomber si fort que son pare-chocs racle la chaussée. C’est une excellente technique pour secouer le châssis en déplaçant le poids du véhicule vers l’avant ; c’est aussi un excellent moyen de brûler rapidement vos freins et vos rotors.

Pour tourner rapidement et en toute sécurité, il faut un équilibre et une répartition adéquate du poids. Freinez plutôt en ligne droite lorsque vous avez le plus de traction, puis ralentissez doucement mais fermement à l’approche du virage. Cela permet de maintenir l’équilibre du véhicule. Dans de nombreux cas, vous voudrez terminer votre décélération avant d’entrer dans le virage, mais les conducteurs plus expérimentés peuvent utiliser le  » freinage de queue « , qui améliore l’adhérence du train avant.

5. Maintenir la vitesse dans les virages

Il faudra du temps pour maîtriser certains des conseils ci-dessus, mais celui-ci est simple. Faites passer votre pied droit de la pédale de frein à l’accélérateur et ajoutez un peu d’essence pour maintenir l’élan dans le virage une fois que vous avez ralenti et que vous êtes entré dans le virage. Lorsque le nez est pointé droit vers l’avant, cela maintient le châssis en équilibre et vous prépare à ouvrir grand les portes.

4. Apex tardif

Mais avant d’appuyer sur l’accélérateur, vous devez finir de naviguer dans le virage, ce qui implique de réussir l’apex, qui est le point le plus intérieur du virage. Le chemin le plus rapide dans un virage est de toucher cette zone le plus tard possible, car cela vous donne la ligne la plus droite possible, ce qui préserve votre élan. N’oubliez pas que ce n’est pas toujours le chemin le plus court dans un virage, mais c’est le plus rapide, et c’est ce qui compte.

3. Réglage de la manette des gaz

Il est temps de recommencer à accélérer après l’apex. La douceur, comme dit précédemment, est essentielle. En sortant d’un virage et en déroulant le volant, vous voulez rouler de manière régulière sur l’accélérateur. Cela ne déséquilibrera pas la voiture. Ne cédez pas à l’envie d’appuyer sur l’accélérateur !

2. Utilisez pleinement la piste

Permettez à la voiture de dériver largement à la sortie tout en regardant ce virage dans votre rétroviseur ; n’ayez pas peur de l’accotement ou des bandes rugueuses ; vous voulez utiliser la plus grande partie possible de la piste. Ces quelques centimètres supplémentaires peuvent vous faire gagner beaucoup de temps à grande vitesse en vous donnant la ligne la plus droite possible dans la courbe et en vous permettant de conserver votre élan.

1. La régularité est essentielle.

La nécessité d’être souple est la recommandation n° 1 pour la conduite sur circuit, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué. Les mouvements saccadés et les entrées abruptes déséquilibrent la voiture, diminuant la traction et augmentant les risques d’accidents graves (comme la collision avec un mur). Essayez d’être patient et délibéré lorsque vous conduisez sur un circuit fermé. La fluidité peut sembler lente, mais elle est en fait plus rapide sur une piste.