janvier 24, 2021
pilote de karting

Karting et voiture : les différences de pilotage

Combien de pilotes actuels de Formule 1, de voitures Indy, de voitures de sport WEC et de NASCAR ont commencé leur carrière dans des karts ? Je n’en suis certainement pas sûr, mais je parie que c’est plus de quatre-vingt-dix pour cent.

Bien que la plupart d’entre vous qui lisez ces lignes ne se servent pas du karting pour se préparer à une carrière de pilote pour l’écurie Ferrari F1, beaucoup d’entre vous utilisent le karting pour améliorer leurs compétences en matière de conduite automobile. Beaucoup d’entre vous ont des enfants qui pratiquent le karting. Et beaucoup d’entre vous pourraient apprendre une chose ou deux sur les différences et les similitudes entre la conduite d’un kart et d’une voiture.

pilote de kart sur piste

La différence entre Karting et voiture

De nombreux karters font le saut vers les voitures, mais ils ont souvent du mal. Ils étaient rapides dans les karts, mais dans le domaine des voitures, ils ne dominent plus. On va aborder quelques problèmes communs avec lesquels de nombreux pilotes de kart à la voiture se débattent.

Tout d’abord, nous devons définir les différences entre les karts et les voitures. L’absence de vitesses, d’amortisseurs, de ressorts, d’arceaux de sécurité et d’un essieu arrière solide est toute des éléments pertinents, mais la principale différence entre un kart et une voiture de course est l’absence de freins avant.

Pour être rapide dans une voiture de course, la chose la plus importante et probablement la plus difficile à apprendre est la manière d’utiliser correctement la pédale de frein. Le virage commence par le freinage, donc si vous ne freinez pas correctement ou si vous ne faites pas la première partie du virage correctement, alors vous ne pouvez pas faire le reste de façon optimale. Il est donc essentiel de freiner pour être rapide.

Voici un exemple très simple qui montre pourquoi le freinage est si important du point de vue d’un ingénieur de course. Prenez un verre sur une table et poussez-le ; il y a une certaine résistance, mais il se déplace quand même facilement. Posez maintenant cinq livres lourds sur ce verre et essayez de le pousser à nouveau. Lorsque vous mettez du poids sur ce verre, il est plus difficile à pousser. Ainsi, dans une voiture, si nous mettons plus de poids sur un pneu, il aura plus d’adhérence. En tant qu’ingénieur de course, une grande partie de notre travail consiste à répartir le poids pour vous donner plus d’adhérence.

En tant que conducteur, vous pouvez également répartir le poids en utilisant le frein, l’accélérateur et le volant. Le frein met plus de poids sur l’avant, l’accélérateur sur l’arrière et le volant peut aider à déplacer le poids d’un côté à l’autre. Ainsi, en tant que conducteur, vous déplacez le poids dans les différents coins de la voiture.

Comment cela s’applique-t-il aux karts et aux voitures ? Pour faire tourner un kart avec un essieu arrière solide et sans freins avant, le conducteur doit relâcher le frein afin de faire tourner le kart. Lorsque le frein est serré, l’arrière du kart veut s’assoir à plat et aller tout droit. Les pilotes de kart développent un timing incroyable en relâchant le frein et en tournant.

Cependant, la méthode du kart pour relâcher le frein et tourner ne se traduit pas par une voiture de course. Dans un kart, nous relâchons le frein ; dans une voiture de course, nous devons « suivre le frein ». Cela permet de maintenir le poids sur les pneus avant. Rappelez-vous qu’avec plus de poids sur notre verre d’eau, il « a plus d’adhérence ». En freinant, nous nous retrouvons avec du poids sur les pneus avant, ce qui aide la voiture à tourner.

L’erreur la plus fréquente est que les pilotes de kart relâchent le frein (enlevant le poids des pneus avant), puis essaient de tourner comme ils le feraient dans un kart. Cela provoque un sous-virage de la voiture. Lorsque la voiture sous-vire, la réaction naturelle du conducteur est de freiner encore plus tôt. Le pilote de kart en voiture utilise souvent de bonnes lignes et une bonne vitesse de sortie, mais il freine tôt et peut aussi manquer de vitesse en milieu de virage. Cela se traduit par des temps au tour inférieur à l’idéal.

Ce que le pilote de kart doit apprendre, c’est à freiner sur la piste. Pour freiner plus profondément, le pilote doit maintenir une légère pression de freinage dans le virage afin de garder le poids sur l’avant. Souvent, le fait d’être plus agressif et de faire fonctionner la voiture donnera de meilleurs résultats. Il y a cependant un équilibre entre être trop appréhensif et être trop agressif. Un bon point de départ consiste à être plus agressif avec les freins et moins agressif avec l’accélérateur.

Freiner de manière optimale n’est pas une tâche facile à maîtriser, mais c’est probablement la chose la plus importante à apprendre dans les voitures de course. Si vous ne conduisez pas correctement la première partie du virage, vous ne pouvez pas faire le reste du virage correctement.

Quelques erreurs de freinage courantes :

pilote sur piste

– Freiner trop facilement, puis trop fort à la fin de l’arrêt. Freiner plus fort à la fin de l’arrêt est souvent la raison pour laquelle un conducteur pince ou creuse un pneu.

– Ne pas freiner assez fort au début de l’arrêt. On dit souvent au conducteur d’essayer de bloquer les freins dans les 20 premiers mètres, puis de commencer à lever la pédale de frein.

Voici quelques exemples de ce que vous pouvez faire :

– rétrograder en douceur, essayez de maintenir une pression de freinage constante pendant les changements de vitesse. De petits ajustements dans le boîtier de pédale peuvent être très utiles à cet effet.

– Freinage moteur si vous utilisez le frein moteur, vous pourriez probablement utiliser une plus grande force de rappel à l’arrière. Les freins sont conçus pour ralentir la voiture, pas le moteur.

– Utilisez un capteur de pression de freinage avec un taux d’enregistrement élevé (100/sec) pour voir où et comment vous freinez par rapport aux conducteurs les plus rapides.

La magie se trouve dans la dernière partie de la zone de freinage : comment le frein est relâché dans le virage pour maintenir la vitesse de roulement et suffisamment de poids sur les pneus avant pour faire tourner la voiture. Plus vite le pilote de kart maîtrisera cette technique de freinage sur piste, plus vite il sera en tête de la grille.

Le dernier conseil est de rester calme, de détendre ses épaules et ses mains, de respirer et d’avoir de bons repères visuels. Si tout semble aller trop vite, trouvez des repères visuels qui sont plus éloignés.