octobre 3, 2022

Conseils pour le karting : Les douleurs musculaires après la course

Il n’y a pas de gain sans douleur. Le sang, la sueur et les larmes font partie du processus. Laissez tout sur le terrain (ou la piste). De nombreux athlètes professionnels, notamment les karters de compétition, vivent selon ces dictons courants. Si le karting donne rarement lieu à du sang ou des larmes, il entraîne fréquemment des désagréments si les règlements et les pratiques de sécurité sont respectés. Et avec cela, le sentiment d’avoir épuisé sa capacité à manœuvrer librement sur la piste. C’est normal, car cela signifie que vous êtes sur la bonne voie, que vous donnez tout ce que vous avez. Cela signifie également que vous êtes encore en train de travailler et que vous devez continuer à vous améliorer !

Pourquoi ai-je des courbatures après une course de karting ?

Vous êtes endolori après une course de karting parce que vous avez repoussé vos limites et que vous avez tout donné. Chaque pilote (et chaque course) est unique. Les karts de compétition, quant à eux, souffrent fréquemment de courbatures :

Pourquoi ? C’est pour la même raison que les joueurs professionnels de basket-ball, de base-ball, de tennis et de football ont des courbatures après un entraînement ou un tournoi difficile. Ils (et vous) sont toujours en train de soulever la barre et d’essayer de battre votre record personnel dans leur quête pour être les meilleurs. Cela met le corps à rude épreuve.

Que peut-on faire pour réduire les courbatures après une course de karting ?

Pour être honnête, passer plus de temps sur le siège du kart de course est la meilleure méthode pour éviter de futures gênes. Le maintien de vos routines cardio (cyclisme, course, aviron, circuit training, natation, etc.) et musculaires (levage de poids, entraînement en résistance, etc.) peut vous aider à conserver une bonne condition physique avant de rejoindre la piste. Cependant, passer plus de temps derrière le volant est la meilleure méthode pour passer au travers et surmonter la douleur. Plus vous conduisez de karts, plus votre corps sera habitué aux exigences physiques de la course de karts. Vous aurez moins mal après chaque course et vous serez un meilleur pilote car, comme le dit le dicton, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ».

En d’autres termes, il est évident d’admettre qu’il n’existe pas de solution miracle pour échapper à l’inconfort dans la poursuite de l’excellence, ce qui n’est pas surprenant.

Il est vrai que la douleur en fait partie. Ce qui ne vous tue pas vous renforce. Le sport automobile est un sport physiquement exigeant qui nécessite une bonne condition physique et mentale. Imaginez que vous soyez en tenue de conduite complète, comprenant une combinaison, des gants et un casque, pendant des heures par une température de 100 degrés. La seule façon de se préparer véritablement à un tel événement est de le faire. Vous devez vous entraîner physiquement de diverses manières lorsque vous n’êtes pas sur le siège.

Y a-t-il une leçon à en tirer ? Il n’y a pas de raccourcis possibles ! Le goût du succès, cependant, fait que le voyage en vaut la peine pour ceux qui sont enthousiastes, engagés et prêts à surmonter la douleur du karting !